Fred Pellerin

Théâtre Banque Nationale

Prix

  • 48,50 $

Frais supplémentaires pour achat par Internet

Description

C’était là. Ça dormait, comme un filon d’oratoire, ou un gisement de paroles. À chaque fois qu’on refait le tour du village, on s’en rend bien compte… Les histoires sont une ressource renouvelable. La jachère n’a pas besoin de niaiser longtemps sur nos terres de roches. Il faut juste creuser à la bonne place.

Un village en trois dés, c’est une nouvelle incursion de Fred Pellerin dans le dédale parlant de son village Saint-­‐Élie-­‐de-­‐Caxton. On y retrouve la faune légendaire préservée: Méo le barbier décoiffeur, Toussaint le marchand généreux, Lurette la belle, et encore. Aussi,  sur  ce  sixième voyage conté,  on  a  la  chance  de  faire la  rencontre d’Alice, la première postière de l’histoire locale, elle qui savait licher les enveloppes dans les deux sens -­‐    tant pour les fermer que pour les ouvrir -­‐, et de connaître un peu mieux le curé neuf, cet envoyé de l’évêché mandaté pour redonner du lustre à la foi ambiante du Caxton d’époque. Un timbre sur la langue pour elle, une hostie dans le palais pour lui. Pendant que la postière s’évertue à ce que les mots atteignent leur destination dans le sens des aiguilles du monde, l’homme d’église tente de maintenir la communication entre tous et le Tout. Dans les deux directions, la tâche se présente avec son lot d’aléas. Et vient inévitablement le moment où les deux axes doivent se croiser. Un village en trois dés, c’est quelques histoires qui se tiennent en équilibre sur un petit cube de hasard ou de providence. Des récits à accrocher le rire, les oreilles et un peu plus encore. On y parle de l’amour, de la guerre, de la mort, et sur chaque brassée, d’un acte de foi et de ses grands mystères.

Un village en trois dés, c’est Saint-­‐Élie-­‐de-­‐Caxton qui se mesure à lui-­‐même dans ses dimensions de largeur, de hauteur et de profondeur. Comme si on y était. Par moment, on dirait même que ça peut nous toucher.