Gazoline

Bistro Café Summum

Prix

  • 16,50 $ Admission générale (debout)

Frais supplémentaires pour achat par Internet

Description

Parce que se contenter de jouer avec le feu, c’est bon pour les enfants. Parce que l’amour n’est véritable que lorsqu’il culmine dans l’embrasement total. Parce que la nuit est incandescente, Gazoline veut qu’on Brûlensemble. Le mot-valise, titre du deuxième album du groupe, doit être entendu comme un appel à s’abandonner dans les bras du crépuscule et à tout dilapider, bien que toujours avec la flamboyance de celui qui ne sait pas ce que demain lui réserve.
Parce que personne d’autre n’est aussi habile pour transformer en feux de Bengale les refrains se retrouvant sur sa table de travail, Gazoline aura fait appel au cerveau explosif de Julien Mineau à la réalisation de ce deuxième album clair-obscur, quelque part entre tragédie et exultation, au travers duquel surgissent plus que jamais des flashs de claviers et de guitares carillonnantes.
Le leader de Malajube sera parvenu à arracher au groupe le meilleur de lui-même, en l’accompagnant jusque dans la noirceur de questions cruelles auxquelles seule la musique sait offrir des réponses, mais en l’encourageant aussi à ne jamais cesser de faire la grimace à ce qui, en secret, fomente notre chute. Autrement dit: c’est parfois plus pop qu’avant, mais c’est aussi parfois plus grave qu’avant.
L’amour véritable est aux rebelles, insiste un Xavier Dufour-Thériault tour à tour sous soumis, tout au long de Brûlensemble, aux vertiges de la passion ravageuse, à l’angoisse de l’amertume, à la beauté de l’émerveillement aveugle, à l’assaut des oiseaux qui chantent au matin, et au désespoir des pages qu’il faudra bien un jour tourner.
En résumé, c’est rock, mais que dans la mesure où le rock est pour vous un sacerdoce envers cette vie à qui l’on promet de se consumer avant l’aube. C’est rock, que dans la mesure vous n’espérez de cette vie qu’une chose…
qu’on brûlensemble31

Vous aimerez aussi...